Derrière «Math Dealer» se cachait l’usic - Derrière «Math Dealer» se cachait l’usic

Blog

null Derrière «Math Dealer» se cachait l’usic

Derrière «Math Dealer» se cachait l’usic

Avec le «Fake-Service Math Dealer», l’usic a attiré l’attention sur les stéréotypes liés au sexe dans l’enseignement des mathématiques à l’occasion de la première Journée des ingénieures et ingénieurs et a ainsi suscité un débat.

Dix jours avant même le début de la Journée des ingénieures et ingénieurs, des affiches avec des slogans du genre «Pas envie de faire vos devoirs de maths les garçons? Payez donc les filles pour les faire» étaient placardées dans toute la Suisse. Une campagne lancée par l’usic avec affiches, page Web, newsletter, communiqués de presse, prospectus pour les écoles ainsi qu’une action flyers.

L’objectif de la première Journée des ingénieures et des ingénieurs était d’aborder un aspect important de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée pour engager une discussion sur ce problème, y compris en dehors du secteur de la planification.

 

Les stéréotypes liés au sexe dans l’enseignement des mathématiques en Suisse

Le préjugé selon lequel les garçons seraient meilleurs en mathématiques que les filles subsiste encore chez beaucoup de parents, d’enfants et même d’enseignants, bien que cette idée ait été réfutée par plusieurs études. Selon celles-ci, jusqu’en troisième année, les filles ont en moyenne de meilleurs résultats en mathématiques et ce n’est qu’ensuite qu’elles décrochent. L’une des raisons en est le manque de confiance en soi inhérent à la nature féminine. Les filles craignent davantage de faire des erreurs que les garçons et participent donc moins activement durant les cours de mathématiques. Ces stéréotypes sexuels font que les filles sont beaucoup moins nombreuses que les garçons à choisir un métier du secteur MINT en Suisse que dans d’autres pays.

Dans les anciens pays socialistes, la proportion de femmes dans les métiers MINT – c’est-à-dire ceux qui ont un rapport étroit avec les mathématiques, l’informatique, les sciences naturelles et la technique – est bien plus élevée qu’en Suisse et, même dans les pays arabes, il y a eu dernièrement plus de femmes diplômées MINT. Au Koweït, par exemple, 42 % des diplômes en ingénierie et en technologie sont décernés à des femmes. Une hypothèse avancée est que les femmes modernes se servent là de la technologie pour «échapper» aux normes culturelles et changer ainsi les mentalités de l’intérieur.

Cette comparaison entre pays montre que ce n’est pas une loi de la nature que les filles et les garçons choisissent des professions traditionnelles de leur sexe. En période de pénurie de personnel qualifié, ceci est un constat important pour le secteur de la planification.

 

Math Dealer: un «fake» qui crée des remous

Peu avant la première Journée des ingénieures et ingénieurs, le service en ligne Math Dealer et sa campagne de publicité basée sur les stéréotypes de genre ont soulevé des controverses. Dès le premier jour de l’affichage, les premières réactions sont apparues dans les médias sociaux. On s’est demandé qui était à l’origine de la campagne, si elle avait un lien avec la Journée internationale de la femme et si elle était sexiste. A Lausanne, la campagne a provoqué une telle indignation qu’une mini-manifestation a même eu lieu devant l’affiche. Avant même que le but en ait été dévoilé, la campagne avait fait l’objet de plusieurs reportages dans des journaux et sur d’autres portails en ligne. Mais ce service et le site Web Math Dealer étaient bien évidemment un fake. Derrière Math Dealer se cachait l’usic, laquelle cherchait à attirer l’attention sur le manque d’ingénieures, lié au rapport qu’entretiennent les filles avec les mathématiques. De fait, dès l’âge de l’école primaire, les mathématiques constituent le trait d’union qui posera des jalons entre les filles et la profession d’ingénieur.

 

Nombreuses réactions et taux de clics supérieur à la moyenne

Quelques jours après l’affichage, Math Dealer a été retiré, avec un communiqué de presse ainsi qu’une newsletter mise en ligne sur le site Web. Dans le cadre de cette suppression, l’usic précisait que son intention, dans le contexte de la première Journée des ingénieures et ingénieurs, avait été de mettre le doigt sur l’inadéquation des stéréotypes liés au sexe. Les rapports parus avant et après le retrait montrent bien que le but a été atteint. La newsletter envoyée dans le cadre de la suppression a elle aussi suscité un vif intérêt: le taux de clics de plus de 50 % témoigne d’une interaction nettement supérieure à ce qui est généralement le cas en moyenne pour l’ensemble de la branche. Avec Math Dealer, l’usic a réussi à lancer un débat utile sur les stéréotypes liés au sexe dès l’enfance, qui sont particulièrement prononcés dans l’enseignement des mathématiques. Pour l’usic, il est important de s’occuper à l’avenir de recruter davantage d’ingénieures.

 

 

Verfasst von: Lea Kusano lea.kusano@usic.ch