Le CERN s’offre d’importants travaux d’amélioration

Blog

null Le CERN s’offre d’importants travaux d’amélioration

Le CERN s’offre d’importants travaux d’amélioration

Marco Ruggiero sourit: il ne comprend pas exactement l’activité des physiciens des particules au CERN, car en fin de compte, lui-même n’a suivi que deux ans de physique. Il se tourne vers le chantier, à première vue peu spectaculaire pour le profane. Quelques bâtiments plus anciens se dressent sur le terrain, évoquant l’image de conteneurs surdimensionnés. Au milieu, l’un d’eux se distingue par son enveloppe de métal presque aveuglante: il s’agit du bâtiment le plus récent déjà totalement achevé sur le site du CERN.

 

 

Marco Ruggiero, 45 ans, a étudié l’ingénierie civile à l’École polytechnique (Politecnico) de Milan et travaille actuellement au sein du groupe Pini en qualité de chef suppléant de la division Gestion des travaux. Il vit avec sa famille au Tessin, lieu d’où il travaille un jour par semaine depuis la pandémie. Il consacre un autre jour en Italie, sur le chantier de l’extension du TELT (nouveau tunnel ferroviaire transalpin Turin–Lyon) à La Maddalena, et le reste de la semaine en France sur le chantier du CERN, où il est responsable de la direction des travaux de génie civil. Pour ce dernier projet, le groupe Pini a assumé, dans le cadre d’un consortium, les prestations d’ingénierie en ce qui concerne l’avant-projet, la planification de la mise au concours, le projet d’exécution ainsi que la direction des travaux.

 

 

 

Spectaculaire

Le spectacle offert par le CERN, tout comme celui du chantier actuel, se déroule en sous-sol. Le CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, est un grand centre de recherche sis près de Genève, à cheval sur la frontière franco-suisse. Le CERN se voue à la recherche fondamentale en physique des particules et explore notamment la structure de la matière à l’aide d’accélérateurs de particules. L’Organisation étant régie par 23 États membres, le maître d’ouvrage est par conséquent organisé sur les plans à la fois international et privé.

La pièce maîtresse du CERN est l’anneau accélérateur de particules creusé sous terre sur une circonférence de 27 kilomètres. Il faut s’imaginer cet anneau tel un grand tunnel praticable à pied, dans lequel des milliers de mètres de câbles et de tubes équipés d’électroaimants supraconducteurs créent les conditions techniques requises pour l’accélération de particules.

 

Abyssal – Personnes sujettes au vertige, s’abstenir!

L’anneau est accessible par quatre puits, dont l’un est situé sur la commune française de Cessy, à quelque 15 kilomètres de Meyrin. Le projet actuel vise la construction de cavernes souterraines supplémentaires, destinées à abriter des installations techniques permettant d’améliorer les performances de l’accélérateur de particules.

Les cavernes, longues de 50 mètres et hautes de 20 mètres, sont accessibles par un puits de 60 mètres de profondeur et une galerie de 300 mètres de long. Les travaux de construction sont actuellement en voie d’achèvement. L’accès aux cavernes se fait pour l’instant via une nacelle en grillage métallique et une grue: une fois que l’on a pris place dans la nacelle stationnée sur le chantier et refermé la porte grillagée, la grue se met en marche, hisse la nacelle au-dessus du trou et y fait lentement descendre les passagers. Cette visite de chantier demande, quoi qu’il en soit, un brin de courage!

 

 

 

Agile, complexe et international

Peu de signes, sinon, qui rappellent la moyenne des chantiers suisses. Le maître d’ouvrage est organisé selon le droit privé et à l’échelon international – le chantier s’en ressent. Si la langue majoritairement parlée est l’anglais, des échanges fusent ici et là en français, en italien ou en allemand également. Et Marco Ruggiero de souligner: «Le statut de droit privé du CERN permet d’échapper aux longues phases de planification inscrites dans des processus politiques; les décisions sont prises rapidement, et l’on attend d’elles qu’elles soient mises en œuvre tout aussi rapidement.» Peu avant le début de la construction par exemple, le maître d’ouvrage s’est vu commander des éléments supplémentaires dans la perspective d’une mise à jour technique ultérieure, lesquels ont influencé le projet alors sur le point de démarrer. Le CERN planifie d’ores et déjà la prochaine étape de son expansion. Il se développe, si l’on peut dire, de manière constante et organique, tout en poursuivant parallèlement sa recherche de pointe.

Verfasst von: Lea Kusano lea.kusano@usic.ch